Accueil Mille ans d'Histoire Le Prieuré du Bourget-du-Lac
Le Prieuré du Bourget-du-Lac

par Monique Gies, ancien compagnon du Bailliage d'Aix-les-Bains

L'enracinement dans le passé : Certes nous ne remonterons pas au temps des romains, dont pourtant les souvenirs abondent à Aix-les-Bains. Nous partirons de la 1ère mention de ce lieu dans l'histoire. Elle concerne le « monasterium beati Mauricii del Borget », autrement dit un Prieuré de six moines et un prieur, fondé selon la légende d'Odilon, abbé de Cluny vers 1030, doté par Humbert aux Blanches Mains et son fils Amédée.

Une partie de l'édifice leur serait réservé comme séjour de repos et de piété.
Les Comtes de Savoie connaissaient fort bien l'occulte et mondiale puissance des Abbés de Cluny. Pour conserver de bons rapports avec la Sainte Eglise, le monastère du Bourget fut l'objet d'une constante sollicitude de leur part.

Amédée 1er et sa femme Adèle de Bourgogne donnent un domaine au Prieuré en 1041.
Humbert II, comte de Savoie, fait don d'un domaine au Prieuré du Bourget en 1097.
Amédée III, accorde au Prieuré le privilège de rendre la justice, avec la confirmation des Comtes Humbert III et Thomas Ier, en 1202.
Amédée IV, confirme au Prieuré, le privilège de rendre la justice , le 30 septembre 1247.
Amédée IV, autorise son frère puiné Thomas, Comte de Piémont à bâtir un château au Bourget sur le terrain des clunystes en 1248.
Amédée IV, accorde aux religieux l'impôt de la leyde sur le sel et les exempte personnellement de cet impôt ; Thomas II, confirme ces deux privilèges en 1249.
Louis de Savoie, prince de Piémont, confirme tous les privilèges accordés au Prieuré.

(Chartes tirées des archives de Cluny et de la Chambre des Comptes de Savoie, par Guichenon)

Jusqu'au XVIe siècle, les privilèges du Prieuré sont confirmés par les ducs de Savoie.
C'est grâce à ce dévotieux système que les Princes de Savoie se ménagèrent toujours le salutaire appui des puissances religieuses au Moyen-Âge.

Thomas II, Comte de Piémont, pour des raisons de santé, passait souvent l'été en Savoie et de préférence sur les bords du Lac du Bourget.
Il épousa, en secondes noces, Béatrice de Fiesque, dont il eut quatre enfants, le second Amédée V, dit le Grand, naquit au château du Bourget le 4 septembre 1249. Il régna 38 ans sur la Savoie.
Amédée VI, en 1355, prit pour épouse Bonne de Bourbon, princesse de sang royal, ils vécurent une bonne vingtaine d'années au Bourget.
Amédée VII en 1375, vint passer sa lune de miel avec Bonne de Berry ; il fut le dernier Comte de Savoie.

Ici se termine le rôle historique du Château du Bourget, sauf pour quelques rares visites :Amédée VIII ; 1er Duc, maria en 1403, sa sœur Bonne au Château, y baptisa son fils Antoine , il reçut en 1427, les seigneurs italiens pour les fiançailles de sa fille Marie avec Philippo Marie Visconti, duc de Milan.
Le Duc Louis, l'inféoda à Jean de Seyssel de Barjat en 1438. Il sera abandonné par la Cour de Savoie pour Chambéry et le Château de Ripaille.

 
Copyright © 2017 compagniedesavoie. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.